Bienvenue sur notre site

Que devons-nous à nos Morts ?  

Philippe Comby

Le Souvenir français n'est pas seulement comptable de l'entretien statutaire  de milliers de tombes, sépultures et nécropoles dans lesquelles reposent les soldats morts pour la France. Par là même notre raison d'être se doit de vivifier toujours plus la mémoire et le souvenir de ceux qui depuis des siècles ont donné leur vie pour la France, pour la patrie et pour la nation. 

Née patriote, notre association promeut au quotidien, contre l'indifférence, l'oubli et la mémoire courte, ceux qui se trouvèrent engagés dans des conflits puissants , destructeurs et souvent tragiques de notre histoire ; notre objectif est de maintenir leur présence parmi nous , les vivants , qui ne vivons que parce que d'autres sont morts avant nous , dans le sacrifice ultime de leur vie , don inestimable et sacrifice ultime auxquels ils consentirent , souvent dans les pires tourments , dans les efforts suprêmes , dans les combats les plus rudes qui n'avaient pour but que de protéger la patrie en péril . Nous leur devons tout. 

Le monde des vivants est toujours et de plus en plus gouverné par le monde des morts : notre héritage, nos cultures, notre liberté civile, morale et religieuse n'ont de sens au présent que parce que d’autres, jeunes ou moins jeunes ont su prendre le risque de mourir pour que chacun au quotidien puisse vivre. Sans assez le savoir le culte des morts s'impose à nous vivants au nom d'une dette sociale que nous avons contracté et que chaque jour nous engageons et dont chacun dans tous les domaines de sa propre vie individuelle tire les puissants bénéfices. 

Nos libertés chèrement défendues, chèrement et âprement protégées jadis ne nous appartiennent pas  seulement au présent, elles engagent le passé, elles supposent l'accord et l'acceptation rétroactivement consentis de l'héritage légué par chacun des combattants mort pour la France. 

Le processus mémoriel s'impose catégoriquement puisqu'il fonde le pacte social unissant les morts aux vivants : voilà ce qui fonde une nation, un peuple, une république. Il suppose que chacun soit au fond de son cœur attaché à la liberté dont il a le dépôt précieux et souvent confus, qui n'a de sens que parce que tant d'autres en sont injustement privés. 

Nos Nécropoles sont vivantes, elles abritent le souffle de ceux qui, à tous âges, firent le don de leurs espérances, de leurs richesses et de leurs bonheurs. Mais c'est à nous tous de conscientiser notre dette sociale commune, contractée dans le sang et par les armes : notre liberté. 

Aidons le Souvenir français à réaliser son œuvre patriotique, que le culte des morts vivifie les forces des vivants et soutienne leurs projets. Seuls, les vivants seraient sans racines et sans but, nos morts glorieux vivent eux dans l'éternité de notre patrie. Nous devons tout ce que nous sommes à ceux qui nous précédèrent et qui bâtirent la nation. Sachons acquitter notre dette envers eux, elle est immense et fragile, préservons la de l'outrage des ans, inscrivons la toujours dans le tréfonds de nos cœurs. Chacune de nos vies n'est qu'un maillon de la chaîne des morts :

« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie
Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau.
Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère ;
Et, comme ferait une mère,
La voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau ! »

 Sachons comprendre le génie d’Hugo. Au quotidien, laissons vivre nos morts dans nos cœurs et conservons leurs tombes, gages de nos espérances.

Philippe COMBY
Président du comité de Chalons-en-Champagne

 Notre président

Pierre-Marie Zélia Delaborde
Pierre-Marie Zélia Delaborde
Délégué Général 
du
Souvenir Français de la Marne

 Votre Webmaster

Christophe Cole
Webmaster

La Boutique